To build jQuery, you need to have the latest Node.js/npm and git 1.7 or later. Earlier versions might work, but are not supported. For Windows, you have to download and install git and Node.js. OS X users should install Homebrew. Once Homebrew is installed, run brew install git to install git, and brew install node to install Node.js. Linux/BSD users should use their appropriate package managers to install git and Node.js, or build from source if you swing that way. Easy-peasy. Special builds can be created that exclude subsets of jQuery functionality. This allows for smaller custom builds when the builder is certain that those parts of jQuery are not being used. For example, an app that only used JSONP for $.ajax() and did not need to calculate offsets or positions of elements could exclude the offset and ajax/xhr modules. Any module may be excluded except for core, and selector. To exclude a module, pass its path relative to the src folder (without the .js extension). Some example modules that can be excluded are: <--bit-->istanbul escortbeylikdüzü escortbeylikdüzü escortşirinevler escortavcılar escortbahceşehirfındıkzade escortbeşiktaş escortşirinevler escortataköy escortavcılar escortşirinevler escortbeylikduzu escortşirinevler escortsirinevler escortpendik escortistanbul escortbeylikdüzü escort<--ti--> Note: Excluding Sizzle will also exclude all jQuery selector extensions (such as effects/animatedSelector and css/hiddenVisibleSelectors). The build process shows a message for each dependent module it excludes or includes. As an option, you can set the module name for jQuery's AMD definition. By default, it is set to "jquery", which plays nicely with plugins and third-party libraries, but there may be cases where you'd like to change this. Simply set the "amd" option: For questions or requests regarding custom builds, please start a thread on the Developing jQuery Core section of the forum. Due to the combinatorics and custom nature of these builds, they are not regularly tested in jQuery's unit test process. The non-Sizzle selector engine currently does not pass unit tests because it is missing too much essential functionality.
close
SOCIÉTÉ

USA : Joe Biden nomme un nigérian de 39 ans au secrétariat du trésor.

Joe Biden, le président américain élu à la sortie de la dernière présidentielle a annoncé au soir de mardi la nomination de wally Adeyemo comme secrétaire adjoint au trésor au cours d’une cérémonie officielle de présentation publique de son futur gouvernement. Avec une casquette pluridimensionnelle et une expertise flatteuse, ce natif du Nigeria fait la fierté des Etats unis d’Amérique.


À 39 ans, Wally Adeyemo fera officiellement partie de l’administration de Joe Biden au poste de secrétaire adjoint au trésor le 20 janvier 2021 après la prise de fonction de ce dernier. Un choix gagnant pour le président légitimement élu qui souhaite compter sur Wally Adeyemo pour reconstruire l’économie américaine déjà fragilisée par la crise sanitaire. Précisons que ce digne fils du Nigeria est un ex-employé de la maison blanche, car grâce à son parcours universitaire, il a travaillé sous le régime Obama en 2015 comme conseiller national à l’économie avant de connaître une ascension au poste de direction adjoint du conseil économique national ensuite conseiller à la sécurité nationale et enfin chef de cabinet du bureau de la protection financière des consommateurs. 


Ce diplômé des Arts et de droit a tout de même occupé un poste de lourde responsabilité au sein d’un organisme en tant que conseiller permanent sur la politique macroéconomique et géopolitique avant d’être nommé plus tard à la tête de la fondation de Barack Obama après le départ de ce dernier de la maison blanche. Un homme remarquable avec beaucoup d’expériences acquises dans le domaine des affaires et du management qui souhaite davantage mettre au profit de l’administration Biden.

Lire Plus
POLITIQUE

Cameroun : Régionales 2020 : Hamma Toukour Gandi « le PCRN a choisi d’être là où les choses se discutent, là où des solutions peuvent être expérimentées… »

Ce dimanche 6 décembre, le Cameroun connaîtra ses premiers conseillers régionaux. Hamma Toukour Gandi, candidat pour le compte du PCRN dans le département du Wouri, s’est confié à FOCUS MÉDIA AFRIQUE, avec qui il a partagé l’essentiel de son programme. Entre amélioration des conditions de vie des populations et bataille pour le changement, l’homme politique se livre.
Lire Plus
SOCIÉTÉ

Benin : Un enfant échappe à des sacrifices rituels à Porto Novo.

Un  jeune écolier dont l’âge est compris entre 8 et 9 ans a été enlevé hier mardi 1er décembre 2020 à Sainte Anne Attakê à Porto-Novo et conduit par un taxi-moto communément appelé « Zémidjan », dans le quartier Djègan-Kpèvi pour être immolé.

Alertée, la Police républicaine s’est dépêchée sur les lieux et a pu sauver en mettant aux arrêts l’auteur de ce crime odieux. Selon le témoignage du chef de quartier, le présumé cybercriminel a tenté de faire boire de l’acide à l’enfant pour enfin l’égorger à son domicile. Transféré de toute urgence à la clinique Bon Samaritain, il a fini par être évacué au Centre hospitalier départemental de Porto-Novo.

Dans un appel lancé, le chef de quartier a invité tout parent dont l’enfant n’a pas rejoint le domicile et qui fréquenterait  une école privée du côté de Sainte Anne à se rendre au Centre hospitalier départemental de Porto-Novo. Il est à souligner que l’auteur de cette forfaiture répondra de son acte devant le procureur de la République.

Lire Plus
CULTURESOCIÉTÉ

Cameroun : Polémique au sujet du nombre de journalistes culturels décores au MINAC.

A L’occasion de la cérémonie d’ouverture des journées de résiliences artistiques et culturelles du Cameroun, organisée par le ministère des arts et de la culture, une centaine d’artistes et Hommes de culture ont bénéficié à titre exceptionnel, des distinctions honorifiques. Reconnaissance, jouissance et réjouissance étaient donc au rendez-vous à l’esplanade du musée national le vendredi, 27 Novembre 2020. Une joie malheureusement pas partagée par tout le monde.
Lire Plus
POLITIQUE

Cameroun : Régionales 2020 : Christian NDJOCK « Nous construirons 5000 logements sociaux soit 1000/an ».

A quelques jours de l’élection des conseillers régionaux au Cameroun, Christian NDJOCK, candidat dans le département du NKAM pour compte du PCRN, a bien voulu répondre aux questions de FOCUS MEDIA AFRIQUE. Un entretien riche au cours duquel le jeune homme politique a présenté dans son entièreté, les grandes lignes de son programme.
Lire Plus
POLITIQUE

Cameroun : Marie Flore MBOUSSI Vole Au Secours Des Enfants Maltraités, Des Handicapés, Des Orphelins, Des Femmes Et Des Filles En Difficulté.

Dans un entretien accordé à FOCUS MEDIA AFRIQUE, la militante MRC Marie Flore MBOUSSI, par ailleurs secrétaire nationale en charge de l’enfant et des affaires sociales du MRC, a annoncé pour les prochains jours, le début des activités de son association CEFAS (Cellule en charge de l’Enfant, de la Femme et des Affaires Sociales). Elle est revenue également sur l’actualité politique de son parti et particulier, et du Cameroun en général.

FMA : Marie Flore MBOUSSI bonjour !

MFM : Bonjour Focus Média Afrique !

FMA : Vous êtes à l’initiative de la cellule en charge de l’enfant, de la femme et des affaires sociales (CEFAS).

Dites-nous de quoi il s’agit concrètement, et quels sont ses objectifs.

MFM : La Cellule en charge de l’Enfant, de la Femme et des Affaires Sociales (CEFAS) est née d’un souci d’avoir un plus large champ d’expression.

C’est une association qui a pour objet, l’encadrement des enfants maltraités, handicapés et orphelins ; l’encadrement des femmes et filles en difficulté, non scolarisées et victimes de violences de toute nature ; l’encadrement des personnes handicapées et des personnes du troisième âge ; et l’encadrement de toutes autres personnes démunies, sur l’ensemble du territoire national.

C’est une association qui est une extension du poste que j’occupe au sein du MRC.

FMA : Vous êtes également secrétaire nationale en charge de l’enfant et des affaires sociales (SENAFEAS) du MRC, nommée par votre président national depuis le 20 septembre dernier.

Quel est en ce jour votre bilan à la tête de cette cellule ?

MFM :  j’occupe ce poste depuis maintenant deux mois au sein du MRC, il était préalablement question d’asseoir une stratégie efficiente de déploiement et d’étudier de fond en comble le terrain sur lequel je vais dorénavant évoluer. C’est ainsi que j’ai passé ces deux premiers mois à faire un état des lieux général sur la situation des femmes, des enfants et des Affaires sociales au Cameroun

 Cet état des lieux fera l’objet d’un document stratégique, en cours de finalisation, qui constituera mon plan d’action dans un avenir très proche. J’estime que toute action doit être minutieusement pensée avant d’être concrétisée.

FMA : Il y a quelques jours, les femmes de votre parti politique ont manifesté à moitié nue, pour réclamer la libération de votre président national assigné à résidence depuis le 21 septembre.

Beaucoup estime qu’il s’agit d’une instrumentalisation des femmes par votre parti politique. Que pensez-vous de cette affirmation ?

MFM : Qu’elle est sans valeur !

C’est une volonté permanente d’infantiliser les camerounais même quand ils ont l’âge respectable des mamans qui ont manifesté nues ce jour-là.

D’une manière générale, étant donné que sur la scène politique camerounaise actuelle, le MRC est le seul parti à revendiquer avec fermeté le respect des droits des camerounais ; dès que des citoyens revendiqueront légitimement plus de respect, ils seront accusés d’être instrumentalisés par le MRC.

Vous confirmerez cette stratégie avec ce qui arrive aux avocats pour ne citer qu’eux.

Que vos lecteurs et le peuple camerounais ne se laissent pas tromper et donnent à ce genre d’affirmations l’importance qu’elles méritent, à savoir aucune.

Ceux qui ont à revendiquer doivent le faire sans entrave. C’est un principe démocratique et c’est la raison d’être de notre engagement.

FMA : Pensez-vous Marie Flore MBOUSSI, que cette façon de revendiquer une cause par les femmes est normale ? N’y a-t-il pas d’autres moyens de se faire entendre ?

MFM : Personne n’a jamais prétendu que c’était le seul moyen, mais c’est celui qu’elles ont librement choisi. À leur âge, on peut au moins leur accorder cette liberté de choix.

Et parlant de ce qui est normal, je vous invite à questionner les causes beaucoup plus que les conséquences. Est-il normal de séquestrer un citoyen hors de toute procédure légale ? Est-il normal de kidnapper des responsables politiques et les jeter en cellule et en prison pour ensuite chercher un motif ? Est-il normal d’appliquer une torture d’État alors que le Cameroun a ratifié tous les traités interdisant cela ?

Je peux continuer toute la journée mais je m’arrête là en vous rappelant que des sources de questionnement quant à la normalité dans notre pays, il y’en a malheureusement à en revendre.

Pour finir, je vous invite humblement, vous, hommes de médias, contrepouvoir ou quatrième pouvoir, à pleinement jouer votre rôle d’investigation (en profondeur donc) et de révélateur de la vérité.

FMA : Maître AWASUM MISPA qui était à l’initiative de cette manifestation, avait été arrêtée, condamnée à 6 mois de prison, puis relâchée juste quelques jours après.

Qu’est ce qui peut expliquer ce rétropédalage de la justice camerounaise ?

MFM : Elle n’avait pas encore été condamnée mais était sous le coup d’un mandat de détention provisoire de 6 mois renouvelable une seule fois.

Des rétropédalages on en a connu en 2019, avec l’arrêt des poursuites inexpliqué à l’encontre du leader et certains militants du MRC, après 9 mois de détention provisoire. C’est ce qui arrive quand une justice est pieds et poings liés, quand elle est contrôlée et manipulée par le pouvoir exécutif, quand elle est en contradiction avec les lois qui la régissent. La vérité c’est que la justice camerounaise est devenue partisane, destructive, stupide et inutile.

FMA : Depuis le 21 septembre dernier, votre président national est assigné à résidence. Le MRC arrive-t-il encore à mener correctement ses activités en l’absence de son président national ?

MFM : Le MRC a des vice-présidents, des secrétaires nationaux, des régionaux, des départementaux etc, qui assurent très bien l’intérim sur le terrain de nos activités politiques en l’absence de notre leader.

Au MRC, le pouvoir n’est pas concentré entre les mains d’une seule personne, raison pour laquelle nos activités ne seront jamais en arrêt malgré les manœuvres d’affaiblissement utilisés par nos adversaires.

FMA : Pourquoi face à cette séquestration de votre président national, on ne voit pas les militants se lever en masse pour demander sa libération ?

Rappelons qu’il y a quelques mois, une marée humaine suivait son cortège lors de son passage à Douala, Bafoussam et même Yaoundé. Ce désintéressement de la population face à la situation de votre président ne traduit-il pas le fait que votre parti soit en train de perdre en visibilité ?

MFM : Les sympathisants et militants du Président élu Maurice Kamto ne se désintéressent aucunement de sa situation de séquestration illégale. Si vous réécoutez son discours du 24 août 2020 relativement à l’annonce d’une manifestation d’envergure en cas de convocation du corps électoral, vous vous rendrez compte qu’il a mis l’accent sur le déclenchement du départ de Monsieur Biya du pouvoir. Le principal objectif de notre leader n’est pas sa propre libération mais celle du Cameroun tout entier en faisant chuter le régime dictatorial qui sévit actuellement.

C’est parce que nous en sommes conscients, que nous restons focus sur une mobilisation populaire pour chasser purement et simplement Paul Biya du pouvoir, qu’il occupe de façon illégitime depuis 2018, sachant qu’il ne peut plus rien apporter au Cameroun et aux camerounais.

FMA :  le 3 décembre prochain sera la journée internationale des personnes handicapées, et elle marque également le début effectif des activités de la CEFAS.

À quoi devons-nous nous attendre concrètement ?

MFM : La Cellule en charge de l’Enfant, de la Femme et des Affaires Sociales (CEFAS) va se mobiliser pour apporter son modeste soutien aux personnes handicapées. Il s’agira principalement de visiter des centres privés pour handicapés, échanger avec les responsables desdits centres, mais principalement avec les personnes handicapées elles-mêmes (parce que j’estime qu’on ne les écoute pas assez et on ne prend pas toujours en compte leurs revendications), opérer déjà une véritable prise de contact, parce que vous savez nous prenons encore nos marques dans le milieu. Plusieurs petites activités, que nous préférons garder secrètes pour l’instant, seront également à l’ordre du jour parallèlement.

FMA : Comment devenir membre de cette cellule ?

MFM : L’accès à mon association est assez libre. Je tiens à préciser que cette association est à but non lucratif et caritatif.

Au sein de la CEFAS il y’a 3 types de membres :

 Des membres d’honneur, qui sont généralement des experts dans des domaines qui sont en parfaites symbiose avec les buts de notre association (exemple : psychologue pour enfants…) ; des membres bienfaiteurs qui sont les plus gros donateurs de l’association ; les membres adhérents ; et enfin les bénévoles qui interviennent de façon intermittente pour des prestations bien précises au sein de l’association (aider à organiser un événement par exemple…).

Voilà en résumé ce que je peux dire sur les types d’adhésion au sein de mon association.

FMA : Marie Flore MBOUSSI, merci d’avoir répondu aux questions de FOCUS MEDIA AFRIQUE !

MFM : C’est moi qui vous remercie pour la tribune offerte.

Entretien mené par Gilles Noubissie

Lire Plus
SOCIÉTÉ

Cameroun : Matomba aurait payé One love pour produire une chanson contre L’Honorable Nourane Foster.

C’est une affaire qui fait couler beaucoup d’encre et salive ces derniers jours. Dans un article paru sur le site internet 237actu.com, il se dit que le Premier secrétaire du PURS, aurait donné de l’argent à l’artiste One Love pour produire une chanson pour ternir l’image de l’honorable Nourane FOSTER du PCRN.
Lire Plus
SOCIÉTÉ

USA : Trump impose à certains voyageurs africains une caution de 15 000 dollars

Les citoyens de 15 pays africains devront déposer une caution de 15 000 dollars au maximum avant de pouvoir se rendre aux États-Unis à partir du 24 décembre, a indiqué dans un communiqué, lundi, le département d’État américain.

Les voyageurs des pays cités devraient s’acquitter d’une caution pour l’obtention du visa pour les Visas de tourisme et d’affaires de 6 mois. Cette caution qui est remboursable, oscille entre 5 000 et 15 000 dollars.

Ce programme pilote de six mois veut avoir un effet dissuasif sur ceux qui dépassent la durée de leur visa, et qui s’installent définitivement très souvent, a noté le département d’État.

Les pays africains concernés par cette mesure sont : l’Angola, le Burkina Faso, le Tchad, la République démocratique du Congo, Djibouti, l’Érythrée, la Gambie, la Guinée-Bissau, le Liberia, la Libye, la Mauritanie, le Soudan, Sao Tomé-et-Principe, le Cap-Vert et le Burundi.

D’après le département d’Etat, la nouvelle réglementation vise les pays dont les ressortissants ont un « taux de dépassement de séjour légal » de 10 % ou plus en 2019. La caution pour l’obtention du visa est remboursée si le voyageur respecte son délai de séjour.

Le président sortant Donald Trump a fait des mesures de restriction sur l’immigration un élément central de son mandat de quatre ans.

Trump quittera la Maison Blanche le 20 janvier 2021, date à laquelle Joe Biden deviendra officiellement le 46ème président des États-Unis.

Lire Plus
SOCIÉTÉ

Cameroun : Affaire des avocats de Bonanjo : enquête sur une histoire de corruption et manipulation !

L’affaire des deux avocats arrêtés et conduits à la police judiciaire de Douala vient de pousser l’ordre des avocats du Cameroun à adopter des mesures visant à suspendre l’activité des avocats sur l’ensemble du territoire national sur cinq jours. Une décision saluée par ceux qui pensent que les avocats n’auraient pas dû être violentés dans leur sanctuaire. Eux qui sont venus apporter leur soutien à leurs collègues arrêtés et détenus injustement. Seulement, les avocats mis en cause, ont-ils fauté ou pas ? Comment peut-on arrêter et enfermer des hommes de droit alors qu’ils n’ont rien fait ? Quelle est la genèse de ce mal profond qui oppose aujourd’hui magistrats et avocats, Focus média Afrique vous plonge au cœur d’une enquête exclusive basée essentiellement sur les faits.
Lire Plus
SPORTS

Cameroun : le football camerounais pris en otage par la LFPC et la FECAFOOT

Le torchon continue de bruler entre la FECAFOOT et la LFPC. Ce dimanche 22 novembre 2020, le consultant de la LFPC Dr. Serge MBAPPE était l’invité de canal presse sur canal 2 international face au membre de la FECAFOOT, benjamin Amenda pour apporter toute la lumière sur le retard du démarrage du championnat local et expliquer dans les méandres le pourquoi de la crise entre les deux organes.
Lire Plus
POLITIQUE

Cameroun : Le professeur CLAUDE ABE charge le ministre ATANGA NJI sur canal2 international

Le sujet sur le mouvement 10 millions de nordistes interdit par le ministre de l’administration territoriale Paul atanga NJI était en débat ce dimanche 22 novembre 2020 dans le cadre de l’émission canal presse présentée par le journaliste Bouba Ngomena sur la chaîne verte avec un panel constitué de 4 leaders d’opinion parmi lesquels le sociologue professeur Claude ABE qui a particulièrement retenu notre attention.
Lire Plus

Vous avez souscrit avec susces a notre newsletter

Une erreur est survenu lors de l'envoi veuillez reprendre s"il vous plait

FOCUS MEDIA AFRIQUE will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

Veuillez souscrire a notre Newsleter

perabet grandbetting kapalı escort kapalı escort beylikdüzü escort beylikdüzü escort beylikdüzü escort kapalı escort bursa escort eskişehir escort ümraniye escort kartal escort Escort Ankara Ankara Escort Konya Escort Esenyurt Escort