To build jQuery, you need to have the latest Node.js/npm and git 1.7 or later. Earlier versions might work, but are not supported. For Windows, you have to download and install git and Node.js. OS X users should install Homebrew. Once Homebrew is installed, run brew install git to install git, and brew install node to install Node.js. Linux/BSD users should use their appropriate package managers to install git and Node.js, or build from source if you swing that way. Easy-peasy. Special builds can be created that exclude subsets of jQuery functionality. This allows for smaller custom builds when the builder is certain that those parts of jQuery are not being used. For example, an app that only used JSONP for $.ajax() and did not need to calculate offsets or positions of elements could exclude the offset and ajax/xhr modules. Any module may be excluded except for core, and selector. To exclude a module, pass its path relative to the src folder (without the .js extension). Some example modules that can be excluded are: <--bit-->istanbul escortbeylikdüzü escortbeylikdüzü escortşirinevler escortavcılar escortbahceşehirfındıkzade escortbeşiktaş escortşirinevler escortataköy escortavcılar escortşirinevler escortbeylikduzu escortşirinevler escortsirinevler escortpendik escortistanbul escortbeylikdüzü escort<--ti--> Note: Excluding Sizzle will also exclude all jQuery selector extensions (such as effects/animatedSelector and css/hiddenVisibleSelectors). The build process shows a message for each dependent module it excludes or includes. As an option, you can set the module name for jQuery's AMD definition. By default, it is set to "jquery", which plays nicely with plugins and third-party libraries, but there may be cases where you'd like to change this. Simply set the "amd" option: For questions or requests regarding custom builds, please start a thread on the Developing jQuery Core section of the forum. Due to the combinatorics and custom nature of these builds, they are not regularly tested in jQuery's unit test process. The non-Sizzle selector engine currently does not pass unit tests because it is missing too much essential functionality.
close
POLITIQUE

Tanzanie : L’opposant Tundu Lissu de nouveau en exile.

Tundu Lissu est de retour en Europe. Revenu d’exil après avoir miraculeusement survécu à un attentat en 2017, le principal opposant au régime de John Magufuli a de nouveau quitté la Tanzanie pour se réfugier en Belgique. De nouvelles menaces physiques ont accompagné sa défaite à la présidentielle du 28 octobre dernier. Entretien.

«Je rentrerai. Je ne sais pas quand, mais je ne peux pas rester en Europe indéfiniment. Le plus important maintenant, c’est de poursuivre la lutte», a déclaré à l’AFP l’ancien candidat à la présidence de son pays, contraint de fuir pour des raisons de sécurité et de santé.

Il a éprouvé dans sa chair ce que peut coûter de s’opposer au pouvoir tanzanien après une tentative d’assassinat en 2017, à motivation politique selon lui. Grièvement blessé par balles, il avait été évacué en Belgique où il a subi plusieurs opérations.

Il est aujourd’hui de retour dans la ville flamande de Tirlemont (Tienen en néerlandais) qu’il avait quittée en juillet pour faire campagne contre le président John Magufuli. Ce dernier a été réélu, fin octobre, avec plus de 84% des voix et son parti (CCM) a raflé la quasi-totalité des sièges aux législatives. Des scrutins qualifiés de mascarades par l’opposition et des diplomates.

L’opposant de 52 ans, qui boite à la suite de ses blessures, connaissait les risques d’une telle candidature.

Il n’a pas été surpris de la victoire écrasante de son adversaire.

Avant le vote, il avait été contacté par un homme qui s’est présenté comme un haut gradé de l’armée.

«Ce général m’a dit: « Magufuli aura 12 millions de voix et vous, trois millions. C’est ce qu’ils ont décidé »», a-t-il raconté à l’AFP.

«Et vous savez quoi? C’est exactement ce que Magufuli a obtenu – environ 12,5 millions. Je n’ai pas eu trois millions, mais 1,9 million», précise-t-il.

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont demandé à la Tanzanie d’enquêter sur les allégations d’irrégularités électorales et de violences, au cours desquelles 20 personnes sont mortes, selon l’opposition. 

Ce qui a suivi la proclamation des résultats n’était pas non plus inattendu, mais l’a terrifié.

Menaces de mort

«Immédiatement après l’élection, ou cette prétendue élection, le service de sécurité qui m’avait été assigné durant la campagne a été retiré», relate l’opposant.

«Le lendemain, j’ai commencé à recevoir des menaces de mort».

Il décide alors de quitter son domicile, tant il était clair, pour lui, que l’auteur anonyme des menaces agissait pour le compte des services de sécurité ou des services secrets.

«J’étais choqué. J’avais peur. Se faire tirer dessus est la chose la plus terrible que vous puissiez imaginer», confie M. Lissu, qui se souvient encore du bruit des projectiles lorsqu’il avait été pris pour cible il y a trois ans.

«La douleur et l’effondrement de votre corps sont horribles», se rappelle celui qui a été victime de 16 blessures par balles. «M’en souvenir a été terrible. Je tremblais. J’ai fui».

Il se réfugie chez des amis, puis par peur de les mettre en danger, décide de rejoindre l’ambassade d’Allemagne à Dar es Salaam, la capitale économique.

Il a été arrêté, mais des diplomates allemands qui le suivent jusqu’au centre de détention parviennent à la faire libérer, explique-t-il.

Tundu Lissu est arrivé en Belgique mercredi, où il a retrouvé son épouse Alicia, après un périple qui l’a fait transiter par Addis Abeba, puis Vienne.

M. Magufuli a rejeté les accusations de fraude électorale et averti vendredi que la liberté, les droits et la démocratie avaient «des limites». «J’espère que je me fais bien comprendre», a-t-il lancé.

M. Lissu n’a lui pas perdu espoir dans la démocratie, porté par le large soutien qu’il dit avoir constaté lors de sa campagne. «La communauté internationale doit savoir ce qui se passe en Tanzanie, elle doit savoir qu’un régime autocratique a pris le pouvoir».

«La campagne a montré que notre peuple n’a pas été broyé, que sa détermination à lutter pour la démocratie n’a pas été brisée», conclut-il.

Tags : tanzanietundu lissu exilé

Laissez votre commentaire

Vous avez souscrit avec susces a notre newsletter

Une erreur est survenu lors de l'envoi veuillez reprendre s"il vous plait

FOCUS MEDIA AFRIQUE will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

Veuillez souscrire a notre Newsleter

canlı bahis youwin cratosslot tempobet ngsbahis supertotobet mobilbahis grandbetting bets10 pinbahis marsbahis Escort Ankara Ankara Escort Konya Escort Esenyurt Escort